Comment concevoir votre escalier ?

Conception d'escalier

La largeur d’un escalier est souvent d’environ 90 cm, mais varie entre 70 et 120 cm. A titre indicatif, on compte habituellement entre 13 et 17 marches pour une hauteur de plafond. En général, la largeur normale des marches est d’environ 29 cm et la hauteur des contre-marches d’environ 17 cm.

Le pas désigne la surface horizontale de la marche. 

Le nez se trouve dans le prolongement de la surface horizontale et désigne la partie qui dépasse la contre-marche. Il augmente le confort, mais ne peut pas dépasser 5 cm. 

Le limon est la structure droite ou courbée qui va supporter l’ensemble de l’escalier. C’est la partie qui réceptionne les marches et les contre-marches éventuelles. Il peut-être fixé ou non au mur, placé au centre sous les marches ou seulement d’un seul côté. 

Le module du pas et l’inclinaison sont les deux dimensions qui permettront au fabricant de calculer et de dessiner l’escalier. Ce calcul est assez simple, il suffit de multiplier par deux la hauteur de marche et d’y additionner le giron (la partie du dessus de la marche où on dépose le pied). Idéalement, on préconise un module de 56 cm. L’angle d’inclinaison ne peut être ni trop faible (gourmand en espace), ni trop fort (trop raide).

Les marches droites sont celles qui sont parfaitement symétriques, tandis que les marches balancées sont celles où le côté intérieur est plus étroit que le côté extérieur Ces dernières sont surtout utilisées pour faire tourner l’escalier.

Les balustrades et les garde-fous sous les feux de la rampe
On les trouve sous plusieurs formes, dans plusieurs matériaux et de largeurs différentes. Ils peuvent facilement aider à trouver une solution composée d’esthétisme, de confort et de sécurité.

Quelques conseils :

L’espace du plancher béton (hauteur de la chape de l’étage), tout autour de la cage d’escalier, sera également conseillé. Ce revêtement est souvent dans le même matériau que celui de l’escalier.

On conseille généralement de choisir plutôt un escalier sans contre-marches, lorsque celui-ci se trouve dans une pièce, comme la salle à manger ou le salon, afin d’agrandir le volume de cette pièce. Quand l’escalier se trouve dans un hall d’entrée, on choisira plutôt un escalier avec contre-marches, afin de pouvoir placer en dessous une toilette ou un placard.

Pour éviter au maximum les grincements qu’un escalier en bois peut souvent provoquer, il est recommandé de le placer le plus tard possible et en tout cas longtemps après le séchage des murs et des plafonnages. Il y a lieu de placer des petits tampons souples (caoutchouc, liège, etc…) entre les murs et le limon de l’escalier, de fixer celui-ci à l’aide de chevilles spéciales à collerette en PVC,  afin d’éliminer le maximum des vibrations.

Pour diminuer d’éventuelles résonnances, il est conseillé de placer un isolant de type laine minérale ou autre au dos des contremarches. Il faut aussi prévoir une protection (carton, plastique, etc…) sur l’escalier, jusqu’à la fin de tous les travaux.

En partenariat avec bati-info.be

DEMANDEZ DE LA DOCUMENTATION GRATUITE

Newsletter GRATUITE