Achat ou vente d’un bien immobilier, quel canal privilégier ?

A notre époque hyper connectée, de nombreuses transactions immobilières passent désormais – du moins dans un premier temps – par la Toile. Mais, en bout de course, quel canal d’achat ou de vente privilégier ? De particulier à particulier, par l’intermédiaire d’un notaire ou encore d’une agence immobilière, voici toutes les informations à connaître sur chacun d’entre eux avant de prendre votre décision.

Lorsqu’un candidat acheteur recherche le bien immobilier de ses rêves, il est aujourd’hui devenu banal de parcourir les sites Internet ou magazines spécialisés, tels que le Logic IMMO. Sur ces supports papier ou virtuels, les biens exposés sont alors proposés à la vente soit entre particuliers, soit via une agence immobilière ou, en dernier lieu, via un notaire.

De particulier à particulier

Dans le cas où le particulier décide de s’occuper personnellement de la mise en vente de son appartement ou de sa maison, le prix indiqué est celui que l’acheteur devra payer pour acquérir le bien. L’avantage : ce canal n’engendre aucun frais de mise en vente (contrairement au fait de confier cette mission à une agence immobilière ou à un notaire) tels que la publicité faite pour le bien, les visites sur demande… Exceptés les frais de notaire, aucun frais supplémentaire ne vous sera de ce fait demandé.

Dans l’objectif d’une vente, le particulier devra tout au plus débourser quelques dizaines d’euros pour mettre en ligne son annonce. Il devra aussi lui-même assurer les visites, ce qui peut représenter, au fil du temps, une certaine lourdeur en termes de gestion et d’organisation. Pour ce type de canal, sachez que l’acte authentique devra obligatoirement se signer devant notaire et qu’un titre de propriété officiel sera demandé au candidat vendeur. Dans ces circonstances, « pour la rédaction de l’offre et du compromis, nous conseillons bien souvent de passer par un notaire afin que cela soit fait en bonne et due forme », explique Christophe Contrucci, gérant de l’agence CEC Finance située à Mons.

Via l’étude d’un notaire

Si vous choisissez de confier la vente de votre bien à un notaire, il vous en coûtera les frais liés à la mise en vente du bien en question (rédaction et mise en ligne de l’annonce…). Une somme qui est généralement moins élevée qu’en agence immobilière. Si un particulier se montre intéressé, c’est ce même notaire qui sera chargé de rédiger le compromis ainsi que l’offre. En cas de vente, le candidat acquéreur pourra choisir de prendre son propre notaire pour conclure l’acte de vente, ce qui n’engendrera pas de frais supplémentaires. « Le fait que chaque partie soit représentée par son propre notaire fait partie d’un des conseils que nous donnons très souvent », ajoute M. Contrucci.

Par l’intermédiaire d’une agence immobilière

Enfin, si vous décidez de passer par un agent immobilier, il est vivement recommandé que ce dernier soit reconnu par l’IPI, l’Institut Professionnel des Agents Immobiliers. Cet agent jouera le rôle d’intermédiaire entre le vendeur et l’acquéreur et s’occupera de la mise en page de l’annonce du bien, de la réalisation des visites ainsi que de la rédaction du compromis. Ces services engendrent des frais (représentés sous forme de pourcentage ou de forfait) qui sont généralement à la charge du vendeur. Mais, fait nouveau, ces frais peuvent être payables par l’acquéreur. « Dans ce cas-ci, attention à bien avoir à l’esprit que les frais d’agence ne peuvent pas – contrairement aux frais de notaire - être repris dans un crédit hypothécaire mais qu’ils sont à payer sur fonds propres », souligne le gérant de CEC Finance.

Pour gagner en efficacité et réduire le délai de vente, certaines agences envoient régulièrement une sélection de biens correspondant aux critères de leurs clients encodés dans leur base de données. Les agents n’hésitent pas non plus à « sponsoriser » des posts payants sur Facebook, à embaucher un photographe pour mettre en valeur le bien, que ce soit sur leur site Internet, les réseaux sociaux mais aussi au sein de leurs propres vitrines. Des services potentiellement qualitatifs qui vous coûteront quoi qu’il en soit plus cher que si vous décidez de passer par un notaire.

En conclusion…

Quel que soit le canal pour lequel vous optez, soyez vigilant(e) vis-à-vis des personnes avec lesquelles vous collaborez. Dans le cadre d’un achat, veillez également à toujours bien établir une condition suspensive d’octroi de prêt, de manière à vous protéger au cas où la banque ne vous suivrait pas dans votre projet immobilier.

En partenariat avec LOGIC-IMMO

Plus de news de LOGIC-IMMO

Comment choisir son assurance habitation ?

L’assurance la plus importante pour les propriétaires d’un appartement ou d’une maison est sans c

Fan d’habitations innovantes ? Découvrez ces 4 logements !

Les styles de maison disponibles aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec l’offre d’hier, limitée

Un intérieur scandinave. Ça peut vous plaire ?

Non, notre pays ne compte pas un seul fjord et n’abrite pas non plus de denses forêts ou des mais

Trouver le bon architecte pour mon projet

Vous comptez construire ou rénover une habitation ?

Newsletter GRATUITE